Ce que j'en dis

Satire et ça riposte

je-suis-juste-moi-7S46-1440x900

Je dois avoir un problème.

Pourquoi, lorsque le terrorisme frappe, je ne peux pas simplement faire comme tout le monde et prouver illico mon humanité en postant sur les réseaux sociaux un petit mot de soutien aux victimes ?

Je sais pas…

Peut-être parce que d’autres s’en chargent déjà très bien.

Pour certains, c’est même devenu une spécialité. Vous savez, ceux qui mettent systématiquement en scène leur grande âme sur Internet. En vrai, ils ne témoignent pas de leur solidarité, ils font des selfies émotionnels. Oh, regardez comme je souffre, comme je suis atteint au plus profond de moi, qu’est-ce que je suis une belle personne quand même (…ah, et au fait, pour me suivre, c’est le bouton en haut à droite sur ma page de profil).

Peut-être aussi parce que ce torrent de sensiblerie virtuelle est vain.

Comme si ça avait déjà permis d’éviter le moindre attentat. Genre le mec ceinturé d’explosifs et qui s’apprête à finir en tartare de fils de pute, d’un coup, il se rappelle avoir vu passer un message sur Facebook. Un truc poignant du style : smiley avec une larme, cœur, cœur, drapeau du pays touché. Et là, choupette, il est ému. Il rentre chez sa mère.

Bah non.

Et entre nous, c’est exactement l’inverse qui se produit. Ca les fait bander ces tarés. Ils ont les corps caverneux qui se gorgent de nos pleurs. C’est exactement ce qu’ils cherchent, et nous, on leur livre notre détresse comme sur un plateau. Vos posts larmoyants, c’est leur YouPorn à eux.

Alors finalement, oui, je crois que j’ai vraiment un problème.

Un problème avec la mièvrerie de spectacle. Je ne parle pas de la douleur réelle, qui relève de l’intime, mais plutôt de celle qu’on revendique trop fort, impudiquement, en l’usurpant de fait aux victimes réelles.

Bien sûr qu’une onde de fraternité aide à panser les blessures, mais certains gémissements semblent par trop artificiels et pire, à géographie variable.

Je suis Paris ! Je suis Bruxelles ! Je suis Berlin ! Je suis Londres ! Je suis Manchester !

Les mecs croient qu’ils vivent un Erasmus de la compassion. Sauf que quand il faut être Islamabad, Mogadiscio ou Tikrit, bizarrement y’en a qui ont oublié leur passeport.

Sans compter les « Je suis Charlie » qui se sont pris pour des Jesse Owens devant Hitler juste parce qu’ils ont acheté un exemplaire sans en avoir jamais lu d’autres, qui après quelques pintes en terrasse se prenaient déjà pour Jean Moulin.

Après, chacun son truc. Ce n’est pas le mien.

Parce que moi, dans ce type de situation, je ne trouve jamais rien de mieux à faire que de tenter une petite blague. Justement pour cracher à la gueule de chacun de ces détraqués : t’auras pas ma peine, t’auras pas mes frayeurs, t’auras pas ma colère. Elles sont à moi, rien qu’à moi. T’auras rien, sale chien.

D’où mon dernier crime, celui d’avoir osé plaisanter à chaud sur l’acte barbare de Manchester.

 

Je vous cache pas que ce tweet a laissé quelques traces. J’ai eu l’impression de causer plus de nausées qu’une mayonnaise bourrée de salmonelles servie dans une maison de retraite.

Emportés par une diarrhée en moins de 140 caractères, quelques vengeurs masqués ont eu la délicate attention d’inviter ma famille à crever dans d’atroces souffrances. Des petits génies de la logique, sûrement. Le genre d’esprit supérieur prêt à militer pour le rétablissement de la peine de mort, histoire de bien faire comprendre aux gens que tuer c’est mal.

Dans le championnat de France de décence, je suis peut-être pas super haut, mais les gars sont encore loin derrière moi au classement.

D’autres ont commenté d’un simple « Supprime ». Pardon, mais vous êtes qui au juste ? Votre père c’est Messmer ? Comme si j’allais m’exécuter… Surtout qu’avant de vous prendre pour des mentalistes, essayez d’abord de réfléchir par vous-même. En faisant ça, vous avez donné une visibilité accrue au tweet incriminé.

C’est quand même assez teubé. Moi je déteste JUL par exemple. Et ben je vais pas m’amuser à l’écouter à fond dans ma bagnole, toutes fenêtres ouvertes, en gueulant aux passants : « Hey, oh, vous entendez comme c’est bien de la merde ? ».

Comme à chaque fois, j’ai également eu le droit à une flopée de « Trop tôt ». Ma réponse est invariable :

20170526_011236

Je vous passe les juristes niveau classe de SEGPA qui ont évoqué les procédures qu’ils ne manqueront pas d’enclencher pour me châtier. Limite ils mentionnaient une fiche S, la Cour Pénale Internationale de La Haye et une expulsion vers le Mordor.

Des procédures juridiques. LOL. Et à quel titre, ça m’intéresse ?

Je n’ai en rien insulté les victimes, juste vomi sur leur bourreau.

Dans la vanne, à mon avis, c’est pas le terme « sombre connard » qui a pu déranger, à moins que vous ayez prêté allégeance à Daesh. Alors c’est la notion de virginité, c’est ça ?

Pourtant ce n’est pas de ma faute si cette idéologie crasseuse attrape des paumés de tout poil, en leur faisant miroiter un forfait pucelles. Eux si immondes, la carotte de la pureté les aimante vers la mort comme l’ampoule incandescente attire un moustique assoiffé de sang. Et c’est tout sauf un hasard si c’est précisément ce concert qui a été ciblé. Des jeunes filles libres, insouciantes, pile ce qui frustre ces dégénérés qui, ne pouvant les posséder ici, rêvent de les asservir dans un hypothétique au-delà.

A ceux qui m’ont accusé de m’être vautré salement dans la culture du viol, je vais peut-être vous étonner. Oui, c’est très précisément ça. Renseignez-vous sur l’Etat Islamique. Sur leur vision de la femme. Si culture du viol il y a, les mecs sont académiciens. Vous pensez vraiment que les 72 vierges dans le contrat, c’est pour jouer à action ou vérité ?

Pour le reste, je vous laisse à vos interprétations. Je ne cherche pas à plaire. Je ne cherche pas à choquer. Chacun son mécanisme d’autodéfense face à l’horreur. Moi je réagis instinctivement avec ma seule arme. Le sarcasme.

Au mieux, j’ai tiré un sourire à quelques personnes qui avaient besoin de s’extirper un instant de cette noirceur.

Rien que pour ça, ça en valait la peine.

Et au pire, quoi ? J’ai permis à d’autres de passer leurs nerfs, en allumant un contrefeu. Pour ça aussi, ça en valait la peine. Le mal par le mal, c’est souvent curateur.

Ce qui est certain, c’est que je ne connais pas la douleur des parents orphelins de la chair de leur chair. En revanche j’ai des gosses, et même si à l’occasion d’un caprice ou d’une fresque au marker sur le mur de leur chambre, ils m’ont déjà fait toucher du doigt ce que peut être une pulsion meurtrière, rien ne me tétanise plus que la peur de les perdre.

Publicités
Par défaut

118 réflexions sur “Satire et ça riposte

  1. Michèle MULLER dit :

    j’approuve au mot près …..merci de dire tout haut ce que je pensais tout bas ! il fallait du courage ..alors merci encore !

    J'aime

  2. Bah je l’avais bien aimé ton tweet, moi. Y’en a qui se cachent derrière le chagrin que ça pourrait causer aux familles des victimes… parce que bien entendu, la première chose qu’on fait tous quand on apprend la mort d’un proche c’est de se jeter sur Twitter.

    Sinon, très juste ce que tu dis sur le « trop tôt ».

    J'aime

    • C’est aussi pour ça que je m’interroge : sur les réseaux sociaux, à qui s’adressent vraiment les pleurs ? C’est en fait pour se rassurer. Et chacun se rassure comme il peut.

      J'aime

  3. Samuel Tisné dit :

    C’est très bon. Très très bon. Mais le malheur dans ce monde d’anonymat et de vrais faux donneurs de leçons c’est que tout est sujet à polémique. J’ai ri jaune en lisant ce Tweet. Pour dire vrai non je n’ai même pas ri. Et je me suis demandé si c’était bien. Ou pas. Restons libres. …

    Aimé par 1 personne

  4. Jerome dit :

    Très belle réponse… non y’a pas à dire, le tweet m’a fait sourire béatement, je ne pensais pas que vous ayez besoin de vous en défendre… (parce que justement avec Charlie je pensais que la notion de liberté d’expression était acquise).
    Bref, prenez soin de vous et de votre famille.
    Au plaisir de vous lire plus tard.

    J'aime

  5. Patricia Perello dit :

    « Je dois avoir un problème » Ah bon ?! Moi j’ai plutôt l’impression d’avoir lu le billet d’une personne qui porte un regard particulièrement lucide sur notre société, et qui sait dénoncer l’hypocrisie des moralisateurs de tous bords, ces donneurs de leçons de bien-pensance toujours prêts à s’offusquer de la misère du monde, mais qui laisseraient volontiers crever leur voisin de palier si cela venait à perturber leur petit confort. Vos écrits tombent juste. Et en plus vous êtes drôle. Continuez, en tout cas, moi, je me régale.

    Aimé par 2 personnes

  6. Dji dit :

    Merci, c’est toujours aussi agréable de vous lire !

    J’avoue que ce tweet ne m’avait pas laissée indifférente. D’un côté, je l’ai vu alors que je commençais lentement à percuter qui était le public d’Ariana Grande, et donc que la plupart des victimes étaient mineurs, du coup c’était assez marquant, mais il avait quand même réussi à me tirer un sourire, ne serait-ce que car c’est une forme d’humour un peu graveleuse que j’aime bien d’habitude.
    Et il faut dire que retrouver son habitude dans ces moments là, ça peut sembler cruel et insensible, mais ça aide ^^

    J'aime

  7. thomas dit :

    Merci Yves, quand ton ton tweet est sortit, j’ai sourit car oui, certain irons pleurer, certain seront en colère et d’autres seront sarcastique… c’est comme ça chacun ses défenses. Alors merci pour le tweet que tu avait posté et pour cet article. Finalement je ne suis pas si anormal que ça de pas remplir mon pare brise arrière de voiture de « Je suis »

    J'aime

  8. Toujours un plaisir de te lire. Surtout n’arrête jamais. En plus du sourire qui m’a été arraché par ton tweet, j’ai pu profiter de l’hilarité et l’ironie de tous ces doctorants en poliquement correct.

    J'aime

  9. Merci encore de tirer le niveau de l’internet vers le haut. Faire la part des choses posément est semble t-il plus compliqué que faire des commentaires sans réfléchir pour certains…L’esprit est tout ce qu’il nous reste pour résister.

    J'aime

  10. Laurène dit :

    Franchement, que ceux qui ne comprennent pas ne suivent pas. Le sarcasme était flagrant et m’a bien fait sourire, et oui la situation est horrible, on est tous d’accord. Mais venir râler sur un tweet caustique, c’est tellement inutile…

    Aimé par 1 personne

  11. Cyrille dit :

    Hello,
    Je suis d’accord avec toi. Qu’on dise que c’est grave ou qu’on en rit ne va rien changer à l’acte passé, il ne sera pas plus excusable ou vivable.
    Faut arrêté de croire qu’en disant qu’en disant « on s’associe à votre peine », les gens vont l’oublier, et partir faire la fête. Quand tu as perdu un proche, tu t’en fous des tweets, messages facebook ou autres témoignages d’inconnus, tu ne veux que le soutien de ceux que tu aimes.
    Il faut que les gens arrêtent de croire que c’est le monde des Bisounours dehors, car en vrai les Bisounours se font fait empaler par les licornes de Mon Petit Poney et ont finis en serpillière chez Cruella!

    J'aime

    • Disons que les deux tempéraments devraient pouvoir cohabiter. Je leur refuse pas de réagir comme ils le font. Ils voudraient en revanche interdire ma réaction. C’est pas si ouvert que ça, en définitive.

      J'aime

  12. Scha dit :

    Vomir sur les bourreaux, c’est important, mais on devrait surtout parler des causes. La responsabilité de nos gouvernements est évidente selon beaucoup de gens. Nous devons tout faire pour sortir de l’OTAN.

    Aimé par 1 personne

  13. Steph dit :

    Merci à toi pour tout ça et surtout merci de ne pas céder à la soit disant bien présence des tweetos hystérique. Continu.

    J'aime

  14. youyouk dit :

    Il y a « arme » dans larmes et dans sARcasMEs, chacun son moyen d’auto défense tu as raison. Même si visiblement ces derniers nécessitent un développement en trois parties pour être (bien) interprètés de tous… ^^

    J'aime

  15. Franckdux10 dit :

    Je suis celui qui a écrit que ce tweet m’avais choqué mais que j’avais ri ! Je ne retire rien de ce que j’ai écris après cette explication de texte , Ça m’a aidé à comprendre mon propre double sentiments !
    Merci

    J'aime

  16. MekareLeel dit :

    Et bien, encore une polémique 😉
    J’avoue que quand j’ai lu ton tweet, j’ai moi aussi pensé: « trop tôt ». Mais trop tôt pour ce drame? Trop tôt pour moi? Je ne sais pas.
    En tout cas, merci pour cet article d’une rare intelligence et honnêteté.
    Au plaisir de te lire, encore et encore

    J'aime

    • Bonne question, le trop tôt pour qui ? Sachant que pour les proches, ce sera toujours trop tôt. Il y a un effet miroir. On se projette dans leur douleur. Ou on l’a fuit, comme moi. C’est un peu lâche certes. Mais j’ai pas mieux.

      J'aime

  17. Cleophis dit :

    Je suis parmi ceux qui ont souri, avec un peu de culpabilité, c’est vrai, mais c’est une façon comme une autre de faire face au drame. Continue, c’est toujours un plaisir de lire tes petits jeux de mots.

    J'aime

  18. Lecesne dit :

    Enfin tu post une nouvelle merveille 😊 et encore une fois tu tapes dans le mille !
    Merci pour ces mots, c’est un régal de bon sens !

    J'aime

  19. Agathe dit :

    De toute façon, quoique l’on fasse, quoique l’on dise, il y aura toujours quelqu’un qui n’aimera pas ce que l’on fait ou ce que l’on dit. On ne peut pas plaire à tout le monde. Ces phrases sont banales mais bien vrai. Nous avons chacun notre façon de réagir à l’horreur. Je ne l’a fui pas, vous ne la fuyez pas, l’émotion est là. Pour ma part, c’est au creux de l’estomac, et la solidarité elle est là, en pensée, tout au fond de nous.
    Vous avez ce rôle de mettre en lumière les événements à votre manière, d’une façon drôle, touchante, sarcastique, piquante, et chaque fois je souris, je ris. Le rire est le meilleur ami de l’homme. Je vous suis depuis plusieurs années maintenant. Ne changez rien. Votre sensibilité est la mienne, la nôtre.

    J'aime

  20. Bien sûr que ton touite est rageur. Et alors ? Comme s’il pouvait être plus terrible que l’évènement lui-même. Pour un peu, tous ces imbéciles prendraient la défense de l’immonde criminel qui s’est fait sauter façon puzzle. Nous vivons en plein cœur d’un monde orwellien, et, tristement, très peu s’en rendent compte.
    L’Occident marche à reculons la tête entre les jambes. Ça ne pourra finir que par un gros gadin qui fait bien mal.
    En tout cas, merci pour ton billet d’humeur. Comme dit une intervenante un peu plus haut, je me sens moins seule.

    J'aime

  21. Henri Bouvet dit :

    J’ai lu votre billet, je lis les commentaires, surtout vos réponses, je trouve ça incroyable de pouvoir amuser, dénoncer, critiquer, faire réfléchir, et même faire réfléchir sur plusieurs points, et tout ça en même temps, je trouve que ça manque, et ça me fait donc du bien de lire des trucs comme ça.
    J’ai tendance à penser/agir de la même manière, mais je ne manie pas aussi bien les mots j’en ai peur, donc merci pour ça.
    Quand au tweet je ne sais pas s’il était drôle ou pas, pour être honnête il m’a fait sourire, comme souvent, mais il était surtout bien trouvé selon moi. Je n’ai pas compris pourquoi cette « vague » de haine, j’ai dû relire plusieurs fois pour entrapercevoir que certains y voyaient une apologie du viol. Et je me demande toujours pourquoi ils sont partis chercher ça, et pourquoi ils sont tellement persuadés que c’est l’objet du tweet.
    Bref, excellent message, j’espère que vous continuerez à écrire, je continuerai à lire. 🙂

    J'aime

  22. Talitha dit :

    Je ne vous connaissais pas. Votre post m’a remonté le moral. Les esprits comme le vôtre manquent. Parfois on en oublie qu’ils existent (d’où le moral qui sourit) Merci de permettre au votre de s’exprimer avec autant de grâce.

    J'aime

  23. Elyrine dit :

    En faisant de l’humour, vous avez au moins la décence de ne chercher à plaire qu’à vous-même et si possible quelques inconnus, mais sans prétendre réconforter les familles des victimes ou changer la face du monde.
    Faire de l’humour est peut-être égoïste, mais ça reste la plus décente et la plus saine réaction publique possible.

    J'aime

  24. Merci, j’ai adoré chaque mot 🙂 Je trouve également que cette réaction via l’humour est saine, lucide et totalement adaptée… La meilleure réponse à leur faire, en fait…

    J'aime

  25. Arrivé ici en suivant un lien Facebook, je n’avais pas vu le tweet … en même temps, moi et Twitter, on se cause peu …
    J’ai lu, en croyant presque lire ce que j’aurais pu dire, donc merci, et j’approuve à 200% .
    Je reviendrais, c’est sur !

    J'aime

  26. Peter dit :

    Ces réactions affolées, toutes teintées de colère, d’indignation et d’émotions sont d’autant plus drôles qu’on y perçoit très nettement que, d’une part, et après une analyse très simple, si on voulait vraiment paralyser un pays, c’est économiquement qu’il faut le faire! Ce n’est pas dans une salle de spectacle, à la terrasse d’un café ou un stade qu’on ferait péter des bombes le week end, mais chaque jour ouvrable dans les conseils d’administration des entreprises, la bourse, les think tanks, les transports en commun, sur les voies ferrées, et d’une manière générale, toutes les artères qui transportent les biens et les personnes qui engraissent les arrogants propriétaires du monde.
    On y perçoit, d’autre part, que ce n’est évidemment pas nos intérêts ni ceux des groupes terroristes dénommés que ça sert, de nous maintenir dans un contexte de dépendance, de crainte et de terreur. On nous avait déjà bien fait le coup avec l’histoire de la guerre froide.
    Il y’a forcément des actes isolés dans ces attentats. Ils ont peut-être donné des idées à quelques organes secrets pour servir de propagande à légitimer la présence et les actions militaires dans les pays concernés. En profitant au passage pour nous maintenir dans la peur. Le tout, en amalgame sur fond de défense des droits de l’homme et de liberté d’expression.
    Tu parles d’une liberté d’expression! Agiter des petits drapeaux pleurnichards sur les réseaux sociaux, se réunir pour une marche sponsorisée avec en tête l’élite responsable au fond de tout ces méfaits. Et surtout! Pas de blagues! Hein!
    On se fout de notre g….. en permanence, et en plus, on aurait même pas le droit de lâcher une petite vanne!

    J'aime

  27. stephaan dit :

    Bonjour Yves ;
    Lorsque j’achéte Charlie ou que j’écris « Sorry Manchester » je ne pretends pas à grand chose vous savez et surtout pas au moindre début de solution.
    Est-ce que 8 ou 10 de mes 88 « amis » me liront ? Je n’en sais rien et je m’en fout
    Je me dis juste que je ne suis pas indifférent. Ca vous parait dérisoire ? Vous avez raison, je suis d’accord, j’espére juste que ça ne vous dérange pas.
    Continuez de nous faire rire.
    Cordialement.

    J'aime

    • Ah mais évidemment que ça ne me dérange pas en soi. Encore une fois c’est une réaction qui peut se comprendre. Mais qui ne doit pas forcément s’imposer à tous.

      J'aime

  28. Sylvie Martino dit :

    Les bien-pensants chamallow-cathos se sentent magnifiés par leur B.A facile et rapide avec leur petit mail compatissant puis retournent à la vitesse de la lumière à leurs petites vies confortables car non concernées directement par ces tragédies.
    Certes ils ont participé mais voilà : RIDICULEMENT de façon inutile et superficielle.
    Bref sur eux VOMIR AUSSI NOUS POUVONS!!!!
    Allez prendre des leçons de vie chez Maître Joda et moins stupides vous mourrez.

    J'aime

  29. Moune dit :

    Merci ! quelques temps que j’aime suivre vos billets d’humour(meur) … et là, je me suis dit : voilà ! je pense ça, comme lui, et bien mieux dit que je ne l’aurais fait !
    On se protège chacun à sa manière de cette mondialisation des horreurs et de la souffrance …et beaucoup de pisse-froid prennent tout au pied de la lettre… car l’humour doit être correct de nos jours… ne froisser personne, être bien lisse et acceptable par tous.
    Eh bien non, il faut pouvoir rire de tout !
    Donc : Merci !

    J'aime

  30. Van Itterbeeck dit :

    Vos réflexions font toujours un bien fou, même ceux empreints de noirceur toute relative. Seules les personnes à oeillères convergentes n’y comprendront rien. Une pointe d’humour par ces temps assombris de massacres frénétiques perpétrés par des malades dégénérés fait plaisir. Moi j’aime !! Et ceux à qui votre humour grinçant déplaît…..et bien vous pouvez zapper !!! Merci Monsieur 🤗🤗🤗

    J'aime

  31. Ken dit :

    Toujours aussi sublime, j’aime beaucoup le concept de laisser les « chiens de la pitié » (si je puis dire) s’entre tuer et passer les nerfs sur une bonne cause et leur cœur grand comme un mammouth bravo vraiment j’aime beaucoup cet endroit.

    J'aime

    • Michèle MULLER dit :

      par contre, aujourd’hui , j’ai modifié ma façon de penser et d’agir car des amis proches, très proches étaient présents dans ce lieu, à Londres et j’ai craint ce matin, pour leur vie …..et là, je me suis indignée quand même !!! car trop, c’est trop même si les mots ne servent plus à rien …..je me devais de réagir pour soutenir mes proches et mes connaissances avec qui j’ai partagé quelques année …par conséquent, il était de mon devoir de commenter ………il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ….il paraît !!!

      J'aime

  32. Guywaert dit :

    Étant abonné à ta prose, j’ai vu le tweet et les réactions qui ont suivi. Même avec une belle armure ça n’a pas dû être facile à porter et je comprends ce texte comme une réponse à la bande de joyeux anonymes qui était prête à allumer le bûcher.
    Pour ma part, je n’ai pas voulu réagir car trop tiraillé entre liberté d’expression et peut on vraiment plaisanter de tout en public. Je précise en public car entre amis je pense que ça passerait sans pb. En revanche, balancer ce trait d’humour en public, je cherche encore le but.
    Un fidèle mais un peu déboussolé 🙂

    J'aime

    • Je sais que face à 160.000 et quelques abonnés, c’était pas forcément une bonne idée. Mais j’ai pas tellement réfléchi non plus. Et ce serait dommage d’ailleurs, que j’y réfléchisse trop. Je préfère garder mon cerveau pour ici 😉

      J'aime

  33. Val dit :

    Tous vos tweets me font rire! Je les ai donc transférés, cités, etc… (je n’ai pas twitter, je le fais à « l’ancienne »).
    Ils me permettent presque de faire un tri dans mes connaissances (n’aiment pas, sont choqués == relations, aiment = amis !).
    Ouf, mon mari aime… j’aurai du le quitter sinon…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s