Ce que j'en dis

Burnes out

sexe

Je ne crois pas à l’égalité des sexes.

Sérieusement, je me suis beaucoup documenté sur le sujet. Et après des heures d’investigation sur YouPorn, je suis formel : je n’ai jamais vu de fille gifler un mec avec son clitoris.

D’un autre côté, à moins d’un extraordinaire problème de transit, un mec n’aura jamais besoin de se faire inciser le périnée pour réussir à expulser ce qu’il a dans le ventre.

Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? C’est comme ça. Nous sommes différents.

Pourtant si vous ouvrez un homme et une femme, que vous comparez leurs organes internes, vous observerez que finalement, ils sont assez similaires (petit conseil en revanche : il faudra bien expliquer le côté scientifique de votre démarche au jury de cour d’assises devant lequel vous comparaîtrez pour double homicide et acte de barbarie).

En vérité, il n’y a qu’un point qui nous sépare vraiment.

Les femmes ont un vagin alors que les pénis ont un homme.

Et c’est bien là tout le problème. Parce que dans l’absolu, les filles baisent quand elles veulent. Comme les mecs. Qui eux aussi baisent quand elles veulent.

Donc forcément, le mâle dominant vit super mal la situation. Ça le rend dingue. Sans compter toutes les fois où, dans le feu de l’action, il constate que contrairement à lui, sa femelle ne sait pas jouir en moins de 10 secondes…

Ah le sexe ! Voilà un terrain sur lequel le pouvoir peut potentiellement lui échapper. Encore pire, dans ce domaine, il peut se révéler carrément impuissant. Comment passer pour un dur, tout en restant désespérément mou ? Hein ? C’est sa virilité qui est en jeu, bordel.

Ça n’explique pas tout, évidemment. Mais ça explique le harcèlement de rue, les viols, la prostitution, les spams « Enlarge your penis » et les gros 4×4.

Tiens au fait, tant qu’on parle d’agression, juste un détail mesdames : avoir une bombe lacrymogène dans son sac à main, croyez-moi, c’est une fausse bonne idée. Déjà que vous mettez genre 45 minutes pour y retrouver vos clés.

Quoiqu’il en soit, je suis persuadé que c’est à cause de sa bite que l’homo sapiens opprime sa congénère depuis toujours. A croire que l’irrigation sanguine de sa verge limite celle de son cerveau.

Le truc c’est qu’au fond de lui, il sait qu’il a une faiblesse.

Et pour ne pas prendre le moindre risque qu’elle lui soit fatale, il a construit une société discriminante, en prenant bien soin de distribuer tous les rôles à son avantage. A lui, l’image du héros, à elle, celle de la nunuche au cortex lisse, tout juste bonne à attendre son Prince charmant.

(Attention spoiler : aux filles qui liraient ces lignes et qui rêveraient encore du Prince charmant, désolé, mais la monarchie a été abolie le 21 septembre 1792)

Bref, il s’est assuré de gagner sur tous les plans. Ou presque.

En fait, il n’y a guère qu’en matière d’espérance de vie que l’homme n’arrive pas à imposer sa suprématie. Statistiquement, c’est prouvé, les filles vivent bien plus longtemps que les mecs. Comme si, quelque part, la nature leur offrait une sorte de vengeance, en compensant tout le temps perdu à faire la cuisine, le ménage ou la vaisselle pour un gros beauf avachi dans le canapé, la main dans le caleçon, trop occupé à faire des dreadlocks avec ses poils pubiens.

Vous allez me dire que j’exagère. Que les choses changent. Que de nos jours, les hommes partagent les tâches avec leur chère et tendre. Oui, peut-être. Sauf que dans ce cas, monsieur est un « homme moderne » tandis que madame reste toujours une brave « ménagère de moins de 50 ans ». Comprendre : la seule fonction féminine, entre la majorité et la ménopause, c’est d’astiquer le parquet, les meubles et son mari.

En somme, je ne suis pas convaincu que les choses changent tant que ça.

Il suffit de noter qu’aujourd’hui encore, les femmes gagnent 16% de moins que les mecs. En Europe hein, pas au Tchad. A la louche, sur une année, ça leur fait cinquante-neuf jours de salaire en moins. Alors je veux bien que ça corresponde à peu près au temps qu’elles passent à être moins productives à cause de leurs règles, mais la ficelle (du tampon) est un peu grosse.

Les choses changent peu je vous dis, et pourtant, ça devient urgent.

Car si je ne crois pas à l’égalité des sexes, je suis pour l’égalité des droits.

Non pas que je sois particulièrement féministe. Faut pas déconner. Simplement, je pense que la parité est nécessaire parce que j’ai super peur du retour de bâton. Oui, je l’avoue, j’ai une peur panique du jour où les femmes vont se soulever.

Bon, pour l’instant, les seules qui me font vraiment peur, ce sont celles qui portent des leggings léopard tout en pesant deux fois le poids de l’animal en question (et pour le coup, elles, pas sûr qu’elles parviennent à se soulever).

Mais viendra le temps où les gonzesses vont s’unir puis se rebeller. Et les représailles pourraient s’avérer tragiques.

Vous êtes prévenus les mecs. Supposez qu’elles finissent par comprendre qu’en vrai on sert à rien, ou si peu.

Elles pourraient nous punir par là où l’on a péché. Dans quelques années, quand elles auront créé un robot capable d’ouvrir les boîtes de conserve, de changer une roue et de trouver leur point G, qu’est-ce qui les empêchera de nous asservir à leur tour ? Pour de bon. Imaginez que sous leur joug, on ne soit plus que de simples reproducteurs, parqués dans d’immenses fermes à mecs, avec une machine à traire sur la queue, condamnés à éjaculer jusqu’à 20 fois par jour pour assouvir leur désir de maternité.

Si ce jour arrive, on fera moins les malins. Terminés les concours de testostérone, pour savoir qui a la plus grosse.

Enfin je dis ça, mais je garde espoir de ne jamais finir esclave.

Vu que je sais que nous sommes différents. Et que malgré tout, elles sont moins connes que nous.

Publicités
Par défaut

122 réflexions sur “Burnes out

  1. Khadidja dit :

    Je ne comprends pas la phrase « Non pas que je sois particulièrement féministe. Faut pas déconner »
    Je sais vraiment pas si c’est de l’humour ou si c’est sérieux…
    Ça m’étonnerait de déconner et d’être quelqu’un qui croit en l’égalité sociale, politique et économique des sexes…

    Aimé par 1 personne

  2. Tout votre écrit, au top du décalé, résonne dans ces deux tableaux de Courbet et Orlan. La femme donne et l’homme prend…l’un peint la femme l’autre peint l’homme.

    Je prends beaucoup de plaisir à vous suivre sur Twitter.
    Merci


    J'aime

  3. Bridoux dit :

    Bon sang je te suis depuis un petit moment et j’ai l’impression de rencontrer enfin un vrai philosophe (osons le mot !). Des réflexions sensées sans ce ton si grave et sérieux des nouveaux défenseurs de la philosophe qui sont prêts à lâcher des insultes au moindre quidam dans la rue. Car enfin il me semble (et je peux toujours me tromper) que ni Voltaire ni La Fontaine n’étaient connus pour leur sérieux et le respect des dogmes et des autorités (bon La Fontaine c’est pas un philosophe hein mais on lui doit plus niveau satyre qu’à notre nouveau philosophe académicien). Bref t’arrête surtout pas même si tu te vois pas en philosophe. A plus M. Le Philosophe. Peace ✌️

    J'aime

  4. Quentin dit :

    Ton sujet est sympa, bien écrit brff aucun problème à ce niveau là. Mais ce qui me dérange c’est que tu parle de la prostitution comme si c’était quelque chose de mal alors que c’est un métier comme un autre rien de plus.

    Et quand tu fait ta petite vanne sur les femmes grosses…. Tu défends les femmes mais en même temps tu les insultes comme si tu voulais quand même garder ta place de  »mâle dominant »… 😓😓

    Mais après très bon sujet et tout tout 😃

    J'aime

  5. Guillaume dit :

    En fait si l’homme vit moins longtemps c’est parce qu’il fait des activités/boulots + contraignant pour leur santé (physique ou mentale). Et pas parce qu’il fait des dreadlocks avec ses poils de bite.

    J'aime

  6. Philc dit :

    Alors en fait les femmes gagnent jusqu’à 26 % de moins que les hommes chez les cadres et cela représenterait donc à la louche 77 jours de travail en plus pour gagner la même chose .
    Sinon article Ô combien « trop top « comme les trop rares fois ou je viens faire un tour ici 😉

    J'aime

  7. clem dit :

    Tres beau billet que je me permet de rebloguer avec grand plaisir.
    J’aime beaucoup ta facon d’ecrire, ambiance « j’dis ca j’dis rien mais quand meme faudrait arreter d’etre con »
    😂
    Merci pour ces partages
    Au plaisir de te lire
    Clementine

    J'aime

  8. 😅😅😅 Merci je suis heureuse de te découvrir. Faire rire sur un sujet aussi complexe, tabou et tendu (c’est le cas de le dire 😉)avec autant de délicatesse, de justesse et de bienveillance pour l’Homme comme pour la Femme est précieux.
    Tout n’est pas perdu oh non on commence maintenant à éclairer toutes nos blessures et à les libérer. 😊
    On peut enfin commencer à se r-en-contrée, s’âmes-usées : Jouer, jouir de tous nos sens, dans la Rencontre sublime de nos deux polarités, de nos deux sexes, la vraie, celles de nos différences assumées ! 😍
    A bientôt 🌈

    J'aime

  9. Tu as dû faire des recherches épuisantes sur le sujet… et pour finir, cet article bourré à la testostérone ! Franchement, merci, juste l’impression de m’être lâchée grave en te lisant ! c’est drôle et ça fait du bien 🙂

    J'aime

  10. Un très bon article! D’ailleurs, ce que tu dis, c’est vraiment ça, être féministe. Il y a une personne — Martine Delvaux — qui parle du mot en f. mieux que moi:

    Lassitude sémantique
    « Je suis un peu tannée de cette opposition entre féminisme et humanisme, comme si le féminisme était un militantisme qui manque de subtilité alors que parler d’humanisme correspond à une lutte noble. C’est noyer le poisson. On est encore dans la nécessité de lutter pour l’égalité, la parité des hommes et des femmes. Le féminisme est nécessaire. Cet humanisme qu’on brandit, c’est l’horizon. Le jour où on n’aura plus besoin de féminisme, alors on sera dans cette logique humaniste. La même chose pourrait être dite pour les luttes anti-racistes, ou pour les luttes anti-homophobie, etc. Le féminisme est une étape nécessaire. Refuser de le dire, au final, pour moi, c’est un peu lâche. »

    L’article complet ici http://www.ledevoir.com/culture/television/497557/the-handmaid-s-tale-taisez-ce-mot-en-f

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s